Paire de flambeaux en carquois - Sur un dessin de Delafosse

Paire de flambeaux en carquois – Sur un dessin de Delafosse

sku: 32

Quick Overview

Flambeaux en carquois

Sur un dessin de JC. Delafosse, vers 1790

Flambeaux en carquois

Sur un dessin de Jean-Charles Delafosse

Epoque Louis XVI, vers 1790

H. 19,5 cm

De bronze doré et marbre blanc de  Carrare, ces bougeoirs reposent sur une base circulaire agrémentée d’un tors de  laurier. En forme de carquois, ils présentent des décrochements de bronze formant piètement garnis de rosaces, inspirés de dessins de l’ornemaniste Jean-Charles Delafosse. Ils s’élèvent vers des binets moulurés agrémentés d’une haute frise de feuilles d’eau. Le tout présente une fine ciselure dans une dorure au mercure d’origine traité d’or mat et brillant.
 
Nous pouvons apparenter cette paire à un modèle de dimensions plus importantes mais d’un dessin très approchant, livré en 1778 par le maître doreur Prégermain au Comte d’Artois (frère de Louis XVI et futur roi Charles X) pour sa chambre du château de Bagatelle : « deux paires de flambeaux carquois en trépied très richement ciselés et dorés d’or mat »
Nous connaissons trois autres paires quasiment identiques à celle que nous présentons, toutes de la même hauteur de 19.5 cm, à la différence qu’elles sont uniquement en bronze doré. Celle de la collection Madame richard Wallace (1949) et les deux paires passées chez Christie’s en 1999 et 2004 (voir résultats en annexe)
Une paire du grand modèle (ill.) a été vendue chez Christie’s 184 250 euros frais de vente inclus. L’ancienne collection Georges Blumenthal, vendue à la Galerie Georges Petit le 2 décembre 1932 comportait également une paire très similaire.
La chambre du comte d’Artois à Bagatelle
La chambre à coucher, conçue comme une riche tente de campement militaire rappelant les vertus guerrières du comte, comprenait sur le premier dessin un lit à fer de lances et un plafond à gros plis retenus par les foudres de Mars. La cheminée aux jambages figurant deux couleuvrines en bronze réalisées par la suite en marbre bleu Turquin – posées sur leur culasse, portait un entablement à frise de symboles militaires (aujourd’hui disparu, cf. ill) et possédait une paire de chenets en forme de boulets et de bombes. 
 
Les murs étaient tendus d’une soie rayée bleu pâle et blanc retenue dans les angles par des faisceaux de lances de bois doré coiffés de casques et qui se terminait en un velum drapé en guise de plafond et retombant en lambrequins tout autour de la pièce.
 
Dessinée par François-Joseph Bélanger, premier architecte du comte d’Artois, le décor intérieur est dû aux sculpteurs-ornemanistes Lhuillier et Dugourc, le mobilier réalisé par Georges Jacob.
Paires identiques passées en salle des ventes :
Notre modèle
Galerie Georges Petit en 1949 – Vente de la collection Madame Richard Wallace, lot 21
Christie’s en 1999 – Une paire identique mais entièrement en bronze doré – Résultat : 17250 $
Christie’s en 2004 – Une paire identique mais entièrement en bronze doré – Résultat : 9560 $
Le grand modèle
Galerie Georges Petit, collection Georges Blumenthal en 1932, lot 117
Christie’s en 2004 – Grande paire vendue pour 184250 euros